top of page

UE et déforestation importée : le rôle central de l'imagerie par satellites

Tandis que s'est ouverte ce mercredi à Montréal la COP15 sur la biodiversité, dans la nuit du lundi à mardi, l'UE a trouvé un accord visant à bannir l'importation sur son territoire de produits qui contribuent à la déforestation et à la dégradation des forêts. Afin de contrôler si les produits sont issus ou non de régions récemment déboisées, les images satellites vont être utilisées pour constater une déforestation induite, un bel exemple qui illustre l'apport des données satellites dans la protection de l'environnement et la lutte contre le réchauffement global.


Détection de nouvelles aires ayant subi une déforestation (terrains déboisés en brun/rouge) près de Castelo de Sonhos dans l’état de Para au Brésil - Images satellites prises respectivement le 23 octobre 2020 (gauche) et le 03 octobre 2021 (droite) par les satellites Sentinel-2 du programme européen Copernicus (© European Union, Copernicus Sentinel-2 imagery).


Le Parlement européen et le Conseil se sont accordés ce mardi sur un règlement relatif aux produits importés sur son territoire. Une fois adoptée et appliquée, la nouvelle législation aura pour objectif de garantir que certains produits dits essentiels importés sur le sol européen ne participeront plus à la déforestation ou à la dégradation des forêts dans le monde. Les produits concernés sont : l'huile de palme, les bovins, le soja, le café, le cacao, le bois et le caoutchouc, ainsi que les produits dérivés (ex., viande de bœuf, mobilier, chocolat). Ils ont été sélectionnés, car estimés comme étant moteurs de la déforestation due à l'expansion agricole.


C'est une avancée majeure pour l'UE dans le cadre du Pacte vert pour l'Europe qui vise notamment à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la perte des écosystèmes et de la biodiversité.


Le nouveau règlement établit ainsi de nouvelles règles à destination des entreprises qui souhaitent mettre ces produits sur le marché européen ou qui exportent à partir de celui-ci. En effet, les opérateurs devront prouver que les produits importés ne sont pas responsables de la déforestation dans le pays d'origine. Pour cela, les entreprises auront l'obligation de fournir les coordonnées géographiques des terres agricoles où ces produits ont été cultivés.


L'information géographique ainsi que la date de production seront utilisées pour sélectionner l'image satellite correspondante. Cette dernière sera alors comparée à l'image satellite prise au 31 décembre 2020, date de référence dans le but de vérifier la bonne conformité des produits, c'est-à-dire d'évaluer si les produits sont issus de terres n'ayant pas subi de déforestation après le 31 décembre 2020.


Ainsi, les images satellitaires jouent ici un rôle central dans l'identification du non-respect des règles et la mise en place de sanctions. En effet, par le caractère synoptique des données satellites (i.e., résolution spatiale, grande fréquence de revisite), l’occupation des sols peut être caractérisée et tout changement détecté et cela quasi en temps réel. En comparant deux images d'une même zone à des périodes différentes (ici avec celles au 31 décembre 2020, date de référence), les images satellites permettent en effet de constater la déforestation, mais aussi la dégradation des forêts et de quantifier l'ampleur du phénomène. La déforestation est ainsi détectable en analysant le couvert forestier (voir Figure) et la dégradation des forêts en estimant à partir des images "couleur" les paramètres biophysiques (teneur en chlorophylle, indice de surface des feuilles, etc.) permettant d'évaluer la bonne santé de la végétation.


Les données satellites ont aussi l'avantage de pouvoir couvrir de larges territoires et de s’affranchir des frontières géopolitiques, des qualités indéniables compte tenu de l'immensité des surfaces à couvrir et cela à des résolutions spatiales fines et temporelles élevées et en temps quasi réel.


L'Europe peut compter sur plusieurs flottes de satellites telles que les satellites Sentinel-1 et -2 du programme européen Copernicus.


RÉFÉRENCE :

Commission européenne, Pacte vert: L'UE adopte une législation visant à lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts induites par la production et la consommation de l'UE, Communiqué de presse du 6 décembre 2022, lien

 

À propos de l’auteur : Jennifer Fernando est conseillère en stratégie environnementale basée sur l'utilisation des données de l'observation de la Terre par satellites. Elle accompagne les acteurs des territoires (établissements publics, collectivités, entreprises, ONG/associations/fondations, citoyens) qui souhaitent utiliser les données et images satellites dans le but de faciliter l'évaluation, la gestion et le suivi des ressources naturelles (eau, forêt, sol, air, écosystèmes, biodiversité) et des changements globaux (pollution, pénurie, dérèglement climatique). Elle accompagne également les acteurs de la communauté du spatial (start-ups, PME, ETI, agences spatiales) qui développent des missions spatiales et/ou exploitent les images et données satellites et qui souhaitent développer des applications au plus proche des besoins des utilisateurs finaux et les valoriser auprès d'eux. Contact : contact@jennifer-fernando.com





Kommentare


bottom of page